RSS

Archives de Tag: dourbie

Weekend cévenol

Ce weekend entre potes (près de 18 ans d’amitiés) est le fruit d’un constat simple, l’évolution familiale et professionnelle! Il devient effectivement compliqué de se libérer dans la minute pour partir 2/3jours à l’aventure sur les traces de nos années étudiantes. Bref, après discussions et répartition des rôles, le sud cévenol sera notre destination. Nous serions finalement 3, le 4ème étant indisponible et le 5ème en voyage autour du monde depuis 6 mois à la rencontre de dépaysement…

Bref, je ne vous narrerai pas nos aléas, mais vous proposerai simplement un rapide résumé de nos découvertes halieutiques. Pour info, nous étions un toqueur, un vaironneur/leurriste et un moucheur.

Les gorges de la Dourbie

Cette rivière est réellement un des joyaux déjà arpenté mais cette partie encaissée nous était à tous trois, inconnue. Il faut s’enfoncer loin en suivant la route du village Dourbies pour rejoindre le secteur convoité. Malheureusement, nous serons accueilli par les nuages qui se transformeront vite en alternances de neige, grésil, vent et pluies. Vous l’aurez compris, une réelle déception en termes de pêche mais quel régal pour les yeux!

 

Les gorges de la Vis

Changement radical de météo, en 24h, nous avons pris 18°. Par contre, niveau paysage, nous restons sur le même registre, à savoir une rivière typique de piémont montagneux avec alternance de veines et gourds. En ce qui concerne les niveaux, je vous dirai qu’ils semblaient plus hauts qu’à la normale mais pas plus que ça, nous permettant ainsi de traverser quelques fois pas si aisément mais ce fut possible. L’appât du jour (pêche de 10 à 19h (avec la pause de midi bien sur…) fut le vers de terre à n’en pas douter; une vingtaine de touches contre 1 levée au vairon et 2 occases en nymphe et sèche.

 

L’Hérault

Nous finirons ce périple par une découverte vraiment sympathique. Je n’avais jamais entendu parlé de l’hérault en tant que rivière de 1ère catégorie et bien, je peux vous affirmer qu’elle mérite le détour! Le hic, par rapport aux deux précédentes, réside dans le fait qu’elle coule au milieu d’un paysage rural, serpentant entre maisons, vergers et zones artisanales. Par contre, le substrat est magnifique, pas une seule trace d’algues ou de colmatage. Le profil est similaire, largeur moyenne de 10/15m et courants léchant de superbes caches rocailleuses. Et que dire de ses hôtesses, leur robe est assez différente de celle de la Dourbie ou de la Vis, qui leur donne un air presque basque (j’ai dit « presque », pas de méprise…les panthères restent les panthères!!!).

Un weekend prolongé au top, si ce n’est la distance; compter 7/8h de routes quand même depuis le sud-ouest.

à très vite,

Publicités
 
Poster un commentaire

Publié par le avril 9, 2018 dans Fly fishing

 

Étiquettes : , , , , , , , ,