RSS

Archives de Tag: pecheurdenature

Mouches sur les Nives

Salutations,

Nous voilà fin janvier et j’avoue être quelque peu à la bourre dans mes préparatifs. Le matériel est remisé au fond du meuble du garage, bien que nettoyés en novembre dernier, depuis, la lumière n’a pas trop ébloui soies et autres carbones… Il me faut impérativement faire le point et entamer au plus vite la mise à jour afin d’être prêt le jour J.

J’attaque donc par un bref récapitulatif des boites et autres perditions. Effectivement, les trouées sont bien présentes et va falloir rapidement les combler. En attendant, pas de temps à perdre, entre deux démarches administratives, me voilà disposé face à l’étau et paré à jouer du porte bobine. La pêche sur les Nives en début de saison, est assez similaire à celle que vous connaissez tous, un espoir de météo clémente qui laissera entrevoir une envolée d’olives, entrecoupée de plus jolis morceaux plutôt marron… et sans oublier, trouver le spot à potentiel au vu des niveaux et de la fréquentation!

Alors, je ne vous oublie pas! Revenu enfin chez moi, et assurant la pérennité de mon activité, me voici enfin guide de pêche au Pays Basque (merci les services du RSI pour le transfert du dossier) après satisfactions de toutes obligations liées à mon métier de prestataire de services.

Mon cadeau en ce jour, 2 modèles qui me suivront dans les premières sessions basques propulsées par ma Marryat Pro ou pourquoi pas, ma Tenkara Expert (certainement un peu des deux, histoire de garder la main.

En 1, si la pluie n’est pas trop présente (ou plutôt pressante), une classique imitation de March Brown, cerques et corps en faisan, ailes en cul de canard fourni, thorax en dubbing de lièvre naturel et tête en soie de montage de couleur noire, rien de plus!

mb2017

En 2, ce sera une adaptation de la précédente en oreille de lièvre. cerques et corps en faisan, sous ailes en pointe de cul de canard, collerette en lièvre via un dubbing loop et le tout finalisé par une tête en soie de montage de couleur noire.

J’espère que vous n’abuserez pas trop de ces infos, histoire de ne pas éduquer nos belles et faire la « nique » aux viandards doryphore hiihihihi

à très vite,

ps: n’oubliez pas quand même d’avoir une 2bis dans vos boites…

imitations2017

 

 
1 commentaire

Publié par le janvier 28, 2017 dans Fly fishing

 

Étiquettes : , , , , , , , ,

Guidages Pêche au Pays Basque

Voici quelques images réalisées au cours de la fin de saison de guidage pêche au Pays Basque. Prises sur le bassin des Nives, elles clôturent une saison riche en redécouverte et en partages toujours aussi gratifiants, merci à vous tous qui m’avaient fait confiance. J’espère que ces quelques secondes vous apporteront autant de souvenirs de nos échanges,

 
Poster un commentaire

Publié par le janvier 16, 2017 dans Fly fishing

 

Étiquettes : , , , ,

Humilité

Sur quel parcours se rendre, à n’en pas douter, le privilège du riche ! Le linéaire est grand, bien trop pour une saison, fut-elle quotidienne. Quand une telle possibilité existe, un choix est-il nécessaire me direz-vous ?

Il est vrai qu’en ces lieux, l’importance du poste reste une donnée parmi tant d’autre, tant le patrimoine à disposition demeure de qualité. Certes, il y a bien des zones plus « fastes », plus « spécimens » (ce ressenti étant bien entendu, propre à chaque pêcheur selon son approche et exploitation des parcours) mais avec une accessibilité retrouvée, l’idée première reste le plaisir d’être chez soi. Pourtant, en cet après-midi de juillet, la route m’a conduit ici, entre maïs et grands larges.

L’égo a ceci de palpable qu’il reste un décisionnaire inconscient (enfin, on se le dit…).

En effet, la session précédente fut belle et d’une incontestable facilité, ne reste qu’à en profiter une deuxième fois. La berge est maintenant toute proche, le matériel vérifié, y’a plus qu’à ! il ne faut pas longtemps pour qu’une première mémère se présente, elle maraude ça et là, piochant allègrement dans le substrat. La nymphe fixée, elle s’immerge dans l’axe de progression. Sans même un regard, la ponctuée continue son manège et disparaît.

2h de traque, toujours rien, quelques unes vues effectivement mais pas une occase !

Lentement, je continue jusqu’à cet herbier isolé. Déjà aperçue, une fifille est postée en tête. Le soleil est haut, je suis positionné ¾ en aval. Je tente le passage numéro1 après un premier pour ajustement. Bien entendu, pas le moindre intérêt suscité malgré un deuxième que j’estime assez bon. J’attends un peu, observe le comportement mais rien n’indique qu’elle est sur le qui-vive. Je troque ma nymphe contre un modèle de forme différente. Au moment de lâcher l’imitation, la belle se décale sur sa droite et se remet, stoïque. Y’a donc moyen…

Voilà près d’une heure que je suis posé là, entre tentatives et observations. Elle a nymphé plus d’une dizaine de fois sans que jamais elle ne s’intéresse à l’une de mes offrandes. J’avoue que la résignation n’est pas mon truc, il me faut trouver ! un bon quart d’heure plus tard, je n’ai toujours pas utilisé toute ma boite… une énième fois, je refais ma pointe de 11°° et y fixe la « vieille », vous savez cette nymphe qui a bien vécu, qui demeure dans son coin parce que son histoire est emplie de souvenirs (aussi bons qu’irritants) mais qui depuis très longtemps n’a plus donné l’envie au poisson. Celle-là même que l’on garde, en cas.

Le nœud réalisé, je la plonge histoire qu’elle s’imprègne bien puis la propulse dans la veine. Je devine sa trajectoire, et vous le croirez ou non, la truite s’élève et ouvre la bouche. Ah ce blanc !! que celui qui n’a jamais ferré en voyant cette couleur me jette la première nymphe tungstène… vous l’avez compris, le ferrage fut bien trop tôt !!

« L’important, c’est de l’avoir leurrée », certes, mais il y a comme un arrière goût d’inachevé.

Le même schéma se reproduira sur une nouvelle congénère pas piquée des vers qui, ayant refusé ma « vieille » et nombre d’autres (…), succombera à un joli tout petit gammare (merci Jean Marc, toujours au top tes petites bêtes !). Cependant, blanc observé, poisson loupé !

Je vous passe ici mes atermoiements car cette session n’aura rien de comparable avec la précédente. J’aurai eu 3 véritables occases. L’euphorie alimentaire était loin d’être là mais assurément, certaines auraient dû rejoindre le numérique. La prochaine visite viendra, de nouvelles tentations rejoindront mes boites mais surtout, l’esprit sera humble…

DSC_0006_22

 
Poster un commentaire

Publié par le juillet 14, 2016 dans Fly fishing

 

Étiquettes : , , , , , , , ,

Vidéo

Dépasser une barre

Un nouvel article que je ne pensais pas pouvoir écrire de sitôt. En effet, vous le savez, au cours de mes évolutions, j’ai pu pratiquer ma passion sur nombre de rivières et notamment sur l’ensemble de notre beau territoire.

A l’esprit, me viennent les cours d’eau du Limousin (Diège, Liège, Vézère, Vianon, Chavanon, Dordogne, etc.), de Midi-Pyrénées (Dourbie, Tarn, Ariège, Salat, Neste, Adour, Garonne, etc.), de l’Aquitaine (gaves, saison, nives, nivelle, etc.), de Champagne Ardenne (Rognon, Rongeant, Marne, Saulx, Aube, Noblette, Moivre, etc.), de Bourgogne (Haute Seine), de Franche Comté (Ain, Suran) mais bien que des captures de 50+ ont eu lieu sur quelques une d’entre elles, il faut avouer que celle-ci est une barre non négligeable pour bon nombre de pêcheurs ne pouvant voyager.

Depuis près de 20ans, j’ai effectivement eu l’opportunité de parcourir la France et pour la plupart du temps, j’étais accompagné de mes cannes. Ceci m’a permis de me rendre compte par moi-même de la qualité de notre réseau hydrographique et notamment de sa valeur piscicole. Bien que ce dernier subisse des atteintes indéniables (et je n’irai pas jusqu’à dire « soutenues » mais bon, vous m’aurez compris…), il n’en demeure pas moins qu’il reste de vraies satisfactions pour qui se donne les possibilités de les apprécier.

Je ne ferai pas ici le constat que nous observons tous, je ne parlerai que de ma satisfaction personnelle à pouvoir trouver des milieux aquatiques où le plaisir simple de pêcher peut assurément être assouvi.Que ce soit le cadre global, l’environnement (notamment la flore rivulaire) ou l’accessibilité, il est certain que nous avons en métropole l’immense chance de pouvoir pratiquer sans trop de difficultés; bien sur les débats sur la réglementation, bien sur ceux sur la réciprocité, apportent quelques freins mais soyons réalistes, nos rivières sont « pêchables » et offrent un choix presque infini selon les velléités de chacun que ce soit en termes d’espèces, de tailles, de quantité, de technicité, etc. Tout pêcheur peut trouver son bonheur, j’en suis persuadé.

Pour ma part, après bien des errances, de nombreuses expériences et partages, je dois dire que le simple fait d’être au bord de l’eau me satisfait. Et c’est ainsi que ma surprise fut d’autant plus grande qu’à mesure que j’avançais halieutiquement, certaines partenaires me le rendirent assez bien qui plus est, avec une délectation toute égoïste.

Et ces derniers jours, une possibilité s’est offerte de découvrir une rivière qui m’était inconnue, la Bienne. Située dans le Jura (39), l’évocation de ce nom résonne dans l’esprit de tous les pêcheurs et bien maintenant, je sais pourquoi. En effet, au cours d’une session assez rapide (de 11h30 à 18h15), j’ai pu partager un instant au cœur de cette vallée surprenante. En effet, j’ai retrouvé des airs de Dourbie (falaises brutes), de Dessoubre (résineux omniprésent), d’Ossau (les rives encaissées « encoussinées » de mousse) et parfois même de Champagne (large gravière).

Après les surprises de 2011, puis 2014, deux poissons magnifiques capturés en Champagne, j’ai eu la joie de capturer en sèche, une superbe offrande zébrée. Je vous le présente ici, ce beau cadeau qui m’a fait utiliser le mètre plus d’une fois…

IMG_20160425_161338

Un grand bravo à Monsieur VARENNE Charles, président de l’AAPPMA de St Claude « la Biennoise », pour son combat à proposer un tel parcours, dédié à la durabilité et à l’halieutisme.

renseignements et carte de pêche via http://www.peche-jura.com/parcours-du-bassin-de-la-bienne-et-de-l-orbe.html

https://vimeo.com/164481878

 
2 Commentaires

Publié par le avril 30, 2016 dans Fly fishing

 

Étiquettes : , , , , , , , , ,

Sortie Orchidées de France

Vous le savez, j’aime flâner au hasard, si possible au bord de l’eau mais il est des périodes où les pelouses sèches ont un attrait tout particulier.

Dès le mois d’avril, il n’est pas rare d’observer les premières floraisons et pour peu que l’on se penche plus près, de subtiles espèces se livrent à vous. Je vous parle ici des orchidées.

Tout le monde connaît les phalenopsis, l’espèce phare des fleuristes mais là, je vous invite à regarder au sein même de votre environnement. De nombreuses espèces vivent autour de nous, plus ou moins communément.

C’est ainsi qu’avec un peu de curiosité et d’attention, vous pourrez apercevoir quelques beautés. Voici quelques unes de mes trouvailles 2016, dont certaines viennent compléter mon inventaire perso (que j’ai débuté en Limousin, complété au Pays Basque et persévéré en Champagne voire en Slovénie… ).

Attention, n’étant pas botaniste expert, mes identifications ne sont peut-être pas bonnes, je remercie donc les éventuelles confirmations ou infirmations.

Anacamptis morio

IMG_20160415_144108

Orchis mascula

IMG_20160415_144006

Orchis purpurea

DSC_0072

Ophrys aranifera

DSC_0100

Ophrys scolopax

IMG_20160415_143912

Ophrys insectifera

DSC_0095

Serapias linga

IMG_20160415_144216

Reste plus qu’à y retourner…

Ps: mes préférés restent les cephalantaires

 
Poster un commentaire

Publié par le avril 15, 2016 dans Botanique

 

Étiquettes : , , , , , , , ,

Mon secret d’ouverture

Quel titre!!! Oui, enfin faut pas non plus croire en l’absolue vérité des termes qui seront employés dans ce billet.

L’ouverture, LE moment tant attendu de tous les pêcheurs, cet instant de fébrilité où enfin, la libération. Je veux dire par là qu’enfin, nous pourrons évacuer et laisser notre esprit divaguer au hasard de nos pas, le long de nos chères berges dénuées (mais pas désertes…).

ouverture2

Le secret, le secret !!!!!!! oui, ok, j’y viens.

Bien sur, nombreux sont les magazines ou blogs, qui fleuriront vos bibliothèques (meuble ou numérique) des astuces, meilleurs spots, outils pratiques et autres tactiques pour « réussir » votre ouverture. Je ne vous dirais qu’une chose, votre ouverture le sera forcément si vous êtes au bord de l’eau car n’est-ce pas là, le véritable secret, être simplement là, vivant, sur cette rive ?

Pour moi, rien de plus, ce jour reste rattaché à mon histoire, mon présent, mon avenir et j’aspire chaque année à retrouver cette sensation magnifique. Que ce soit en famille, entre ami(s), voire en solo, je vous invite à vivre l’instant simplement sans autre but que de vous ressourcer (sans jeu de mot, hein!). En ces périodes de promotion de la « détox », il ne vous en faudra pas plus..

Bon, bien que ce précédent paragraphe soit une réalité, il n’en demeure pas moins qu’une petite occase de mucus ajoutera une touche non négligeable à votre apaisement. Alors voilà, mon secret de réussite est………………….:

en fait ce que je rappelle chaque fois, l’observation! Et oui, plutôt que de se lancer à l’abordage des postes, des courants, des plats et/ou du moindre recoin de rivière, patienter, regarder. Concentré sur ce qu’il se passe, vous trouverez le petit « plus » qui fera la différence, votre différence. Evidemment, des règles existent et des paramètres sont à intégrer au préalable de votre sortie (quel matériel, températures de l’eau, météo, niveau, lieu voire poisson ciblé, etc.) et il convient à chacun de se préparer selon ses propres définitions.

Néanmoins, en plus des informations précédentes, je vous livre mon petit plus!

Voilà quelques années maintenant que l’ouverture se passe relativement pas mal car la météo demeure plus que clémente l’hiver (températures plutôt douces) et surtout un mois de février assez pauvre en précipitations (nous verrons bien cette année…). Cela nous permet d’envisager la session sous un bon augure et de voir pour les plus attentifs d’entre nous (…), quelques plaisirs solitaires…

ouverture1 Certes, les March Brown sont les stars du mois mais ne délaissez pas les petites « sœurs » et leurs spécificités…

Avec cette révélation, je n’oublie pas de vous laisser en toute conscience et confiance dans son utilisation raisonnée. Nos chères ponctuées subissent nombre d’atteintes avant d’arriver dans les mailles de vos épuisettes alors, gardez cela à l’esprit quand vous les manipulerez; pensez à vos futures sessions et celles de vos famille, enfants, amis…

Un baiser, une photo et à la prochaine rencontre.

ouverture

 
Poster un commentaire

Publié par le février 20, 2016 dans Fly fishing

 

Étiquettes : , , , , , , , , , , ,

Ouvrage, o desespoir…

Des lignes posées sur le papier, longtemps enfermées mais jamais oubliées, l’opportunité d’une publication comme exutoire d’une pensée tournée vers ces lieux mêlant évasion et perdition.

C’est un livre tout en sincérité, présentant diverses réflexions d’instants toujours associés à l’élément liquide, partie intégrante de mon essence.

Si l’idée vous plaît, voici le lien pour une pré commande:

image_27569_1_20304_1_9323_1_38646_1_101785

Si des fois, n’hésitez pas à me faire part de vos remarques, c’est avec avidité que je m’en impringnerai. 

 
Poster un commentaire

Publié par le février 14, 2016 dans Fly fishing

 

Étiquettes : , , , , , ,

Le mois le plus long

Certes nous entrons dans la dernière ligne droite et ce ne sont assurément, que quelques semaines qui nous séparent maintenant du retour à l’eau. Néanmoins, quelle langueur nous envahie. Ces dizaines restent l’interface sinueux d’un amoureux bien trop éloigné de sa belle.

Bien sur, comme évoquées dans les billets précédents, de nombreuses opportunités automnales ou hivernales ont « soulagé » nos manques mais février reste LE mois délicat, celui qui ronge. Cette sensation étrange ou chaque instant dure, ou le temps, joueur facétieux, nous chatouille le vice.

La connexion, voilà ce qui nous lie éperdument. Le physique n’est plus, soit, mais le psychique…

L’esprit est tourné vers elle. La moindre seconde transpire sa présence, elle est là, fidèle, amie et amante, celle qui nous rattache à toutes ces viles obligations. Plaignons tous ces fourvoyés qui ont oublié cette essence de n’être qu’un faible face au grandiose, évadé rassuré auprès de ses bras, amoureux en son cœur.

Ma belle, la patience est une réalité mais très prochainement, nous ne serons qu’un (voire 4…), enfin !

 
Poster un commentaire

Publié par le février 5, 2016 dans Fly fishing

 

Étiquettes : , , , , , , , ,

Vous avez dit, brune(s)?

Effectivement, que se passe t-il?? Il préfère pourtant les blondes m’a t’on dit…

Et bien je vous réponds qu’en mars, il vaut mieux user de séduction avec les brunes car nos chères ponctuées, n’ont généralement d’yeux que pour ces gourmandises ailées. Chaque année nous les attendons, les espérons même. Dérivantes sur la majorité des rivières, les « brunes de mars » ou « March Brown » suscitent l’appétit de nos fario qui n’hésitent pas à lever le nez pour saisir ces bonnes grosses bouchées.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Rhithrogena

Je vous propose aujourd’hui mes diverses déclinaisons. Malheureusement, peu de photos à vous proposer pour suivre le montage donc voici simplement quelques explications sur la réalisation de mes imitations.

la 2 ailes

-hameçon n°14 droit-cerques en herl de faisan

-corps en herl de faisan (cerclé de la soie de montage noir ou marron)

-ailes formées de fibres de cul de canard de 2 plumes puis les fibres sont séparées en 2 par le croisement du dubbing de lièvre couleur naturel, simulant le thorax

-tête en soie de montage noir ou marron

la « corl1 »

-hameçon n°14 droit-cerques en herl de faisan

-corps en dubbing de lièvre naturel (cerclé de la soie de montage noir ou marron)

-pincée de fibres de cul de canard pour former un simulacre de « pré-ailes »

-puis collerette en poils de dos de lièvre (réalisé par un dubbing loop)

-tête en soie de montage noir ou marron

la « corl2 »

-hameçon n°14 droit-cerques en herl de faisan

-corps en dubbing de lièvre naturel (cerclé de la soie de montage noir ou marron)

-pincée de fibres de cul de canard pour former un simulacre de « pré-ailes »

-puis collerette en coq roux (réalisé en emprisonnant les fibres de cul de canard au milieu)

-tête en soie de montage noir ou marron

la courbée

-hameçon n°12 courbe-corps en herl de faisan (cerclé de la soie de montage noir ou marron)

-pincée de fibres de cul de canard pour former un simulacre de « pré-ailes »

-puis réaliser un parachute autour de fibres artificielles type z-lon (orange ou blanche) en enroulant à l’horizontale une plume de coq pardo

-tête en soie de montage noir ou marron

imitations2016

Allez, reste du taf pour assurer la saison…

 

 

 

 

 

 
Poster un commentaire

Publié par le février 1, 2016 dans Fly fishing

 

Étiquettes : , , , , , , , , , , ,

Carrefour National de la Pêche et des Loisirs

Je serai présent à cet événementiel incontournable. Retrouvez moi sur le stand de l’Union Réciprocitaire du Nord Est, je vous inviterai à découvrir les richesses des rivières du Nord Est (Marne, Rognon, Aube, Moselle, etc.) et nous échangerons avec joie sur mon futur et mes retrouvailles avec le Pays Basque pour 2016 et les saisons suivantes…

cliquez sur l’affiche pour découvrir la page facebook du salon. v2-affiche-carrefour-peche-2014-0

 
Poster un commentaire

Publié par le janvier 5, 2016 dans Fly fishing

 

Étiquettes : , , , , ,